Domaine du Colombier

Domaine du Colombier - Forum non-officiel relatif au jeu Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 La Société fantôme - Convergences

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Rick Deckard
Habitué
Habitué
avatar

Messages : 85
Date d'inscription : 11/05/2013

MessageSujet: Re: La Société fantôme - Convergences   Mar 10 Sep - 19:42

Alors que la femme à la Winchester attendait patiemment que "Jones" tente de sortir le bout de son nez elle mordit à l'appât que celui ci lui avait donné. D'un coup de feu de calibre 44 elle troua de part en part le chapeau melon qui dépassait de coin du mur. Comme il l'avait retiré brusquement elle n'avait pas pu voir si elle l'avait tué. Agacée elle se mordilla la lèvre inférieur en  activant son levier, faisant tinter une douille sur le sol marbré.

Rusé, Arthur retendis son chapeau en se préparant à surgir quelques mètres plus loin dès que le tir serait effectué. Son plan fonctionna à merveille, une seconde balle lui arracha le chapeau des mains  et l'agent de la police militaire sortis quelques mètres plus loin pour tirer deux balles sur la russe, celle ci ne pouvant l'abattre car étant occupée à armer son levier. En tirant vite et sur une cible minuscule car bien cachée derrière une colonne il ne l’atteignait pas. Mais les petits projectiles de huit millimètre firent jaillir de  éclats de marbres en heurtant la colonne, et ceux ci frappèrent la gauche du visage  de Popova.

Si dure soit elle psychiquement, la surprise et l’immédiate douleur lui firent quitter sa position de tir pour se cacher derrière sa colonne. Elle portait une main  à son visage, puis regardait son gant ensanglanté. Le temps qu'elle réalise qu'elle n'avait rien de grave et ressorte prudemment de derrière son abris, sa cible disparaissait de son champ de vision  par le rez de chaussée. Elle frappa violemment du poing sur la embarde en jurant. "Der'mo!"

_____________________________________________________________


Son javelot Antique à la main Eva s'était élancée à la poursuite de Stapleton qui était sorti du bâtiment. Dans l'obscurité de la petite place menant à l'entrée du British Museum elle pouvait voir l'Anglais courant à travers Great Russel Street pour atteindre des ruelles qui si elles étaient pratiquées, ne manqueraient pas de lui faire accéder à New Oxford Street.

Avec un alliage de détermination et de grâce la jeune femme lança son javelot  dans le but que celui ci atteigne ses pieds. L’athlétisme qu'elle avait pratiquée lui apportait une portée  et un cadrage de lancé  tout à fait respectable, et si le jeune Pierre De Coubertin avait été là ce soir et non à Paris, il y aurait eu des chances qu'il ne devienne pas aussi misogynie et dédaigneux du sport féminin qu'il ne le fut en voyant un être d'apparence si fragile réussir un tel lancé.


Cependant, et sans que cela ne fusse impardonnable pour la jeune femme elle manqua sa cible. Trop loin, trop obscure, cible mobile, état de choc du lanceur. Les raisons de l’échec étaient nombreuses et peu de personnes sur terre auraient pu réussir un tel exploit. Le javelot se figea dans un tonneau de récolte des pluies  quelques mètres devant Jack qui courait en tenant fermement son livre sous le bras.  Il sursauta et se retourna brusquement pour voir qui avait ainsi failli le tuer, son premier effroyable soupçon ayant été que sa camarade Carmilla s'était retournée contre lui.  Mais il n'en était rien. Un jeune garçon -ou était ce une jeune femme?  Sa pauvre tenue ne permettait pas de l'identifier clairement- Venait de le viser.

Satané Jones! Pensa t'il en s'imaginant désormais qu'il n'était pas seul mais avait peut être recruté une bande de racailles des rues pour les doubler. Il recommençait à courir, s'il avait appris quelques choses depuis quelques minutes c’est que les impressions étaient diablement trompeuses, les pires démons se cachaient dans les êtres à l’apparence des plus innocente!

Frôlant des caisses, des charrettes vides et toute sortes de fatras de fer et de bois jalonnant les ruelles de Londres  il slalomait dans les ruelles avec Eva sur les talons. La Tamise, il devait gagner l'un des ponts qui enjambaient cette satanée rivière pour se rendre sur la rive Sud où se trouvait le Cutty Sark. Sous l'effet de la fatigue de cette course effrénée,  il heurtait une caisse de bois dans l'ombre, et après avoir lâché un juron il continuait sa route, avec une légère claudication, ne prenant qu'a peine le temps de se retourner pour distinguer celle qui semblait ne pas se fatiguer.

Il approchait du Waterloo bridge, mais pu remarquer plusieurs attelages de bobies. La police avait déjà bloquée le pont, comme si elle avait su que le navire était son objectif! L'un d'eux utilisa son sifflet pour l'interpeller, intrigué par son air empressé et sa démarche d'homme blessé.

Stapleton se précipita en boitant sur The Strand pour gagner le "Savoy", un immense palace à peine terminé auquel seul les échafaudages pouvaient  contrarier l'idée de l'achèvement  de l'ouvrage. Il commençait à escalader  les échelles pour échapper à la police et à sa poursuivante, un réflexe préhistorique  s'il en était. En grimpant il songeait que comme les premiers hommes il montait vers le point le plus haut lorsqu'il était encerclé de créatures sauvages. Comme si cela le mènerait à quelques choses pestait il en changeant fréquemment de main pour porter le livre, car sa condition physique était loin d'être exceptionnelle.

Il était sur le toit, suivi de prêt par Eva alors que sur l'angle Est du bâtiment des policemen escaladaient l'échafaudage. La lune se dévoilait entre deux nuages noirs, et cette lueur rendant blafarde sa propre main enserrant le Necronomicon il pensa à ce que lui avait dis la tueuse Russe quelques temps auparavant. "Alors  peut être aurez vous l'occasion de croire ce soir".

Il s’avançait entre des cheminées et se cachait derrière l'une d'elle pour ouvrir le livre, profitant de cette lueur exceptionnelle. Il ne savait pas si  ce qu'il faisait était un acte de foi envers des croyances qu'il avait toujours jugé fantaisistes où le dernier espoir du condamné à la corde. Car avec les horribles assassinats ayant eu lieu au musée, le meurtre de Sherlock Holmes et son passif avec les Baskerville il n'y avait pas d'autres perspectives pour lui que la mort.

Ouvrant le livre, il fut tout d'abord surpris. " mais qu'est ce que.." marmonnait il essoufflé avant de pousser un brusque rire nerveux. Ce livre contenait des phrases totalement dénuées de sens, bien loin d'avoirs le pittoresque des formules de  Carabosse. En début de livre un sommaire tout ce qu'il y avait de plus scolaire référençait des termes très techniques et des formules mathématiques complexes que le Professeur Moriarty n'aurait pas rechigné à étudier.

Eva avait finie d'escalader. Avait elle reprise le javelot pour s'en servir comme arme? Seul elle le savait. Marchant sur le toit elle pouvait entendre une voix d'homme.

"Recall, Source code, reader slash gravity slash zero, Source code."

Une ombre surgissait de derrière une cheminée, l'homme qu'elle avait pourchassée courait droit vers le bout de toit surplombant le fleuve son livre à la main. Au bord du précipice Jack fermait les yeux et sautait en perdant son chapeau et l'incroyable se réalisa sous les yeux d'Eva. Sous la lumière de la lune il courait au dessus de la tamise, comme porté par un invisible pont naissant sous chaque pas. Il ouvrait grand ses yeux pour profiter de cet instant magique, laissant échapper un ricanement de satisfaction. Le fantôme ne les avait pas trompé, le monde était à eux.

______________________________________________


Traversant le hall, Arthur avait pu constater le massacre qui avait eu lieu. Carnage à l'arme blanche de toute évidence, perpétré avec une violence qu'il n'avait jamais rencontré au long de sa carrière dans la réalité. Une fois sorti sur les escaliers d'autres policemen étaient arrivés, horrifiés par le spectacle qui s'offrait à eux. Bandits et policiers s'étaient entretués en donnant lieux à une macabre scène tout droit sortie d'un tableau de guerre moyenâgeuse.

Le bruit des sabots d'une voiture arrivant a vive allure  raisonnait. Celle ci arrêtée à la force des bras du cocher retenant ses chevaux une portière s'ouvrait pour  laisser apparaitre un visage qu'il avait déjà rencontré, celui du Docteur Watson."Art! Seigneur vous êtes vivant! Lestrade est en difficulté sur les quais , nous nous y rendons pour capturer ceux que vous y aviez rencontrés."

Un policier  approchait du carrosse, les mains rougies de sang. " Watson ...Docteur Watson c'est vous?" celui ci répondit par l'affirmative. " Vous ne pouvez pas nous laisser ainsi, Williamson est mourant, ainsi que Clegg!" Watson grinçait des dents, il était de son devoir de médecin de leur porter secours. Il descendait et cédait sa place à  Powell.

Des coups de feu raisonnèrent dans le musée, où un policemen appelait ses confrères en renfort. La Russe tentait probablement une sortie.

" Voyez ce que vous pouvez faire pour aider Lestrade Art, je m'occupe des blessés et d'arrêter ceux qui restent."

Dans son regard on pouvait lire qu'il faisait confiance à sa nouvelle connaissance. Après un rapide trajet à travers les rues pavées et le franchissement du pont Waterloo, le carrosse avait atteint Harlinguer street.  Un incendie avait enflammé les bâtisses face au Cutty Sark, dont les  voiles descendaient éclairées par le brasier.

Il larguait les amarres, et deux policiers gisaient sur le sol prêt de la passerelle. Deux malheureux qui avaient voulu monter à bord, et qui avaient du se faire abattre par quelques tireurs embusqués. L'inspecteur Lestrade qui était habillé en civil  se tenait le bras gauche, touché par un hommes de Moore si ce n'était pas Moore lui même.

Au départ déçu que Watson ne soit pas là il reconnu Powell. S'il le remplaçait c'est qu'il était digne de sa confiance, et donc de la sienne. De toute manière allait il réellement cracher sur une aide dans l'état actuel des choses, où la situation leur avait totalement échappée?

"Powell, c'est dramatique...le navire est sur le point de partir... j'ai des hommes qui sont morts..." il s'adossait à la voiture en gémissant de douleur. Après une telle catastrophe il perdrait sans doute son grade si durement acquis. Pire que tout, il devrait écrire aux familles de ses deux hommes. Il avait bien du mal à l'avouer mais il se remettait entre les mains de Powell comme il l'avait fait avec Holmes plus d'une fois.


Note:
Rachelle quittant le RP j'expliquerais plus tard ce qu'il advint d'elle, vous êtes tous deux dans une situation ouverte ou vous devrez prendre des initiatives. N'hésitez pas à être des audacieux il parait que la chance leur souri!
Revenir en haut Aller en bas
Eva Nescence
Discret
Discret
avatar

Messages : 17
Date d'inscription : 08/06/2013

MessageSujet: Re: La Société fantôme - Convergences   Mer 18 Sep - 8:57

Etonnement, Eva était presque soulagée de ne pas avoir atteint sa cible. Après tout, rien ne prouvait que cet homme mérite la mort. Elle ne savait même pas qui il était, mais ce qui était certain c'est que c'était un voleur. Elle aurait cependant été assez fière de le faire choir. Tant pis ! Au moins, elle l'avait déstabilisé : il s'était retourné. Le voyant s'élancer maladroitement, Eva devina que le fuyard n'était pas un grand sportif.

Elle jeta un regard au javelot fiché dans un tonneau et renonça à le récupérer. Cela lui ferait perdre un temps précieux dans sa poursuite et, de plus, elle serait très suspecte et repérable, armée d'une lance courant dans les rues de Londres.

Eva se mit à courir d'un pas sûr et régulier, tout en se débarrassant de la cape d'Arthur, devenue encombrante. Tous ses sens en alerte, elle suivit l'homme dans les ruelles sinueuses et obscures de la ville, slalomant, sautant par dessus les obstacles. Eva était un peu rassurée de s'éloigner du musée, lieu de l'horrible carnage. D'un revers de manche, elle essuya grossièrement le sang sur son visage. L'odeur du sang éveillait quelque chose de sauvage en Eva. Elle se sentait comme un animal en chasse, vivant intensément chaque instant.

Le fuyard commençait à donner des signes de fatigue, il heurta un objet au sol avec un grognement et reparti en boitant. Eva se rapprochait. Par sûreté, elle remit en place le glaive qui glissait de sa ceinture. Un sifflement, son typique émis par les forces de l'ordre, retentit non loin de là. Sa proie fébrile entreprenait l'escalade d'un échafaudage adossé à un immense Palace flambant neuf.

Eva suivit le même chemin et arriva sur le toit. Elle glissa sa main dans son dos et serra fermement la poignée du glaive tout en s'avançant prudemment vers l'homme penché sur l'ouvrage volé. Là, elle l'entendit dire une phrase dont les termes lui parurent familiers, mais qui semblaient déplacés à cette époque du jeu : "Recall, Source code, reader slash gravity slash zero, Source code." Eberluée, elle vit l'homme marcher dans le vide, comme soutenu par une force invisible.

"Ha c'est comme ça ! se dit Eva. Il triche". Très bien, moi aussi je vais bidouiller le code source. Elle réfléchit rapidement. Fallait-il posséder le livre pour pouvoir agir sur le code ou s'agissait-il simplement d'un mode d'emploi. Dans ce dernier cas, une simple commande vocale pouvait peut-être faire l'affaire. Eva se lança : "Recall, Source code, previous reader slash pause, Source code." Eva espérait immobiliser le fuyard... Si cela ne marchait pas, elle était prête à répéter la même phrase que l'homme afin de pouvoir le suivre dans les airs.

Notes : Eva est douée en informatique (pas moi), donc je suppose qu'elle analyse sans problème le système de code informatique et saura mieux que moi énoncer le bon code pour l'action qu'elle veut exécuter.
Revenir en haut Aller en bas
 
La Société fantôme - Convergences
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Jeux de société: As d'or 2010 à Cannes
» [Fan-Art] Jeu de société Bionicle
» Villes fantômes
» soirée jeu de société
» Journée: Jeux de société

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine du Colombier :: Présentation et News du forum :: RPG-
Sauter vers: