Domaine du Colombier

Domaine du Colombier - Forum non-officiel relatif au jeu Royaumes Renaissants
 
AccueilFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Fiche d'Espalion

Aller en bas 
AuteurMessage
Brise
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1980
Date d'inscription : 29/01/2009
Localisation : La Provence

MessageSujet: Fiche d'Espalion   Ven 20 Aoû - 14:24

Espalion

Comté
de Rouergue
Spécificités : lac, lait de brebis, fromage de vaches et de brebis.
Adresses : château - chancellerie
Lois : Coutumier

Carte : carte de pêche
Municipalité : décret municipal (à venir)
Messe : pas de curé !
Tribunat : non communiqué
Impôts : par quinzaine, 5 écus par champ, 7 écus par échoppe
Emplois : 15,5 écus (carrière de pierre), 15 écus (milice)
Grille des salaires : 14 écus (5 à 8), 19 écus (9 à 19), 21 écus (artisan)

Université : 17 écus maximum le cours (12+5) - Arrêtés rectoraux (inscription requise)

Commerce : Message du maire



Dernière édition par Brise le Dim 30 Jan - 16:54, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://defenseurs.forumactif.org
Brise
Maitresse des lieux
Maitresse des lieux
avatar

Messages : 1980
Date d'inscription : 29/01/2009
Localisation : La Provence

MessageSujet: Re: Fiche d'Espalion   Ven 20 Aoû - 18:31

Si vous êtes du comté et que l'histoire du Rouergue vous intéresse, rejoignez le conseil culturel (voir la charte). Pour plus d'informations, contactez Balncheneige.

azarel 1 a écrit:
Après avoir quitté le majestueux plateau de l'Aubrac et la rudesse de son climat, le pèlerin découvre les paisibles chemins de la vallée du Lot et ses cités accueillantes, ses monuments d'art roman, avant de reprendre son périple vers Sainte-Foy de Conques


Le village d'Espalion est né du pont sur le Lot et des échanges avec la montagne.
Une voie romaine secondaire y franchissait déjà le Lot à l'emplacement du pont gothique.
Il a été construit sous Saint-Louis, il était gardé par deux tours qui ont disparu ; par contre ses soubassements sont plus anciens.
La ville est du Xe siècle dominée par le château de basalte des seigneurs de Calmont d'Olt. Sans doute descendaient-ils d'un lieutenant mis en place par Charlemagne.

Notre passé
Il est attaché à la Baronnie CALMONT d’OLT.
Étymologiquement, Calmont signifie « mont chauve » et d'olt fait référence à Oltie -déesse des eaux, vénérée dans ce bassin de population que l'on nomme « pays d'Olt »- ainsi qu'au Lot qui coule en contrebas.
Le ministerium Calvomantese qui semble alors constituer le pôle militaire d'une viguerie carolingienne. La famille seigneuriale, dont le site probablement éponyme s'éteindra en même temps que Raimond de Calmont d'Olt évêque de Rodez en 1298, paraît avoir été un puissant lignage féodal issu de l'administration carolingienne.

883Première mention de Calmont d'Olt, dans le cartulaire de l'abbaye de Conques, le ministerium Calvomantese qui semble alors constituer le pôle militaire d'une viguerie carolingienne. La famille seigneuriale, dont le site probablement éponyme s'éteindra en même temps que Raimond de Calmont d'Olt évêque de Rodez en 1298, paraît avoir été un puissant lignage féodal issu de l'administration carolingienne. Jouissant d'une position stratégique et symbolique forte sur la vallée du Lot et la ville d'Espalion, le château de Calmont d'Olt a probablement toujours eu une vocation militaire, il commandait la route allant de Rodez vers l'Aubrac et plus largement le franchissement sur le Lot de l'axe Toulouse-Lyon. L'enceinte basse érigée au xve siècle et flanquée de huit bastions (tours ouvertes à la gorge) réaffirme le rôle de Calmont d'Olt, durant la guerre de Cent Ans.
1060 Les vassaux de Perse obtiennent librement de Hugues de Calmont d'Olt, leurs terres pour lesquelles ils sont redevables d'une rente ou « cens »
1060 Hugues de Calmont d'Olt donne à Conques le prieuré de Perse_1065 Bégon Ier de Calmont d’Olt (-1092+)
1100 Les seigneurs de Calmont d'Olt perçoivent un droit de péage sur le pont d'Espalion, et participent à la fondation de l'hôpital d'Aubrac
1144 Guillaume de Calmont d'Olt donne aux Cisterciens des terres qui permettront d'établir l'abbaye de Bonneval-
1175 Bégon III de Calmont d’Olt (vers-1214+)-
1214 Bégon III de Calmont d'Olt participe à l'hommage que rend Hugues, comte de Rodez, à Simon IV de Montfort ;
1226 Louis VIII, roi de France (père de Saint Louis), regagne sa capitale après être allé combattre les Albigeois. Passant par Espalion, il reçoit hommage lige de Guillaume de Calmont (tête nue, un genou à terre, sans épée ni ceinture ni éperon) ;[/td][/tr][/table]1266 Première charte communale qui règle les rapports entre la ville d'Espalion et le seigneur de Calmont d'Olt ;
1278 Raimond de Calmont d'Olt, évêque de Rodez, et seigneur de Calmont d'Olt pose la première pierre de la cathédrale ;
1298 Raimond de Calmont d’Olt meurt, fin de la lignée des Calmont d'Olt_1298 Pierre Ier Pelet seigneur d'Alès, hérite de le baronnie de Calmont d'Olt ;
1315 Hugues III de Castelnau-Bretenoux baron de Calmont d’Olt (-1350+) ;
1337 Début de la Guerre de Cent Ans, Philippe VI confisque la Guyenne, Édouard III d'Angleterre revendique le trône de France ;
1341 Espalion fournit des hommes pour la guerre de Gascogne ;
1348 La peste noire décime un tiers de la population du Rouergue ;
1350 Jean Ier de Castelnau baron de Calmont d’Olt ;
1356 Les « Englès » investissent la ville d'Espalion ;
1360 Traité de Brétigny qui cède le Rouergue aux Anglais ;
1364 Saccage d'Espalion par des routiers (les soudards de Arnaud de Cervole) ;
1395 Pons Ier de Castelnau Caylus baron de Calmont d’Olt,
1419 Antoine de Castelnau Caylus baron de Calmont d’Olt (-1465+)

Le Château de Calmont d'Olt
Juché sur un un dyke basaltique, à 535 mètres d'altitude, il surplombe de 200 mètres la ville d'Espalion et la vallée du Lot. Il offre une vue panoramique sur les monts d'Aubrac.
Les premiers écrits relatant son existence datent de l'an 883. Il est ainsi le plus ancien château du Rouergue. Il fut le siège d'une Baronnie qui étendait son autorité sur toute la région.
Situé en France, dans le département de l'Aveyron, sur la commune d'Espalion, c’est un jalon important dans l'histoire de la castellologie du Rouergue médiéval. Il témoigne principalement de l'adaptation architecturale castrale aux progrès techniques de la guerre de Cent Ans.
Le Pont Vieux
Le monument le plus célèbre de la ville. Au Xe siècle un pont franchissait déjà le Lot. Mais l'édifice actuel date du XIe siècle. Comme les vieux ponts de Paris, il portait des maisons et boutiques de particuliers.
La Chapelle de Perse
Ancien prieuré bénédictin donné à Conques par Hugues de Calmont en 1060. L'église actuelle date de la période romane (XIe - XIIe siècle).
L’église de Perse fut édifiée au lieu où saint Hilarian aurait été, en 730, décapité par les Sarrasins : l’iconographie le représente portant sa tête coupée qu’il va laver à la source de Fontsanges.
En 1060, un monastère pré-roman appelé Perse fut donné à l’abbaye de Conques par Hugues de Calmont. Reconstruit au XIe et XIIe siècles par Conques, il fut sécularisé en 1537 et demeura église paroissiale jusqu’en 1742.

En grès rose et blanc sous son toit d’ardoise bleue, elle est de style roman très pur : le chœur est du xie siècle, le reste du xiie siècle, à l'exception des chapelles gothiques ajoutées en 1471. Le clocher-mur à quatre arcades se dresse sur l'arc triomphal. Sur le tympan-linteau du portail se trouve la Vierge entourée de dix apôtres, symbole de la Pentecôte. Le linteau présente le Jugement dernier.
En haut à gauche, une Adoration des mages.
À l’intérieur sur les chapiteaux : un Christ en majesté entourée d’apôtres, un combat de chevaliers et de fantassins, et des oiseaux affrontés. Une dalle carolingienne a été réemployée dans le transept. Un chevet appuyé sur huit contreforts et orné d'arcatures en plein cintre. Des fresques du XIIe siècle, retouchées.

Ce bel édifice roman à chevet polygonal à colonnes engagées est dominé par un clocher-mur percé de quatre arcades.
Le tympan du portail sud illustre le thème de la Pentecôte et le Jugement Dernier. A gauche un haut relief représentant l'adoration des Mages.
Les chapiteaux présentent certaines analogies avec ceux de l'abbatiale de Conques.

L'église paroissiale St Jean-Baptiste
Église à couronnement, en grès rouge, elle a deux tours de 45 m portant des statues de la Vierge et de saint Joseph, significatives de la piété mariale du Rouergue au siècle dernier ; à l'intérieur, un bas-relief de Denys Puech représente le martyre de saint Hilarion.

La chapelle des Pénitents
La chapelle de la confrérie des pénitents (rue du Plô) fut édifiée en 1700 à partir des pierres provenant de la démolition d'une tour du pont vieux. Elle habrite un retable en bois sculpté du XVIIIe siècle, classé Monument Historique dont le panneau central représente la Circoncision du Christ.

Ancienne église Saint Jean
Construite à partir de la fin du XVe siècle, l'ancienne église St Jean est située en face de l'église Saint Jean-Baptiste. Elle fut remplacée par cette dernière comme lieu de culte en 1883. L'église Saint-Jean devint alors le siège de l'hôtel de Ville jusqu'en 1948. En 1978, l'édifice réhabilité voit l'installation en son sein du Musée des Arts et Traditions populaires Joseph Vaylet ainsi que du Musée du Scaphandre.

L'abbaye de Bonneval
Fondée en 1147 par Cîteaux, la construction primitive a disparu ; le couvent actuel est occupé par des trappistines ; joignant le travail à la contemplation, elles produisent un chocolat qui contribue à la renommée gastronomique de la région.

Le Vieux Palais
Dans la commune se dresse le Vieux Palais, édifié sur les bords du Lot en 1572 par les soins de Bernardin de la Valette, capitaine au service des seigneurs de Calmont durant les guerres de religion. Vu du Pont-Vieux, ce château datant de la Renaissance, avec ses tours et ses tourelles, prend tout son charme, dans le décor quasi théâtral qu'offrent le Lot et les maisons des tanneurs.
Sur les chemins de Saint-Jacques de Compostelle
La route du Puy, appelée aussi Via Podiensis, était l'itinéraire le plus fréquenté dans le passé ; il est de nos jours encore le choix privilégié des pèlerins qui entreprennent un parcours de 1400 km pour atteindre le tombeau de l'apôtre.
Espalion porte
D'or au lion de gueules tenant en sa gueule une épée en bande du même.
(Dictionnaire Héraldique, Ch. Grandmaison, 1861).
Armes parlantes (jeu de mots/rébus: épée/espadon - lion), Créées au XIXème siècle par l'historien Henri Affre.
Malte-Brun nous propose un blasonnement semblable, sans préciser la direction de l'épée (tenant entre ses dents), mais avec un chef de France (La France illustrée de 1882).
On trouve une variante D'or au lion de gueules tenant une épée haute du même. (Brian Timms)
Antérieurement, Espalion n'a pas véritablement d'armes, outre éventuellement celles des seigneurs de Calmont dont le château domine la ville: "[i]D'argent au lion rampant de sable".

26 avril 1456, 1er maire: Messire Klesk

Premiers mandats :
1er mandat : Messire Klesk
2ème : Dame Moirha
3ème : Dame Kittycat
4ème : Dame Kittycat
Revenir en haut Aller en bas
http://defenseurs.forumactif.org
 
Fiche d'Espalion
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Fiche] judoBoy
» [Fiche] jeune-demon et radine
» [Fiche] Sombre-Panda
» Fiche d'accueil et de présentation
» [Fiche] Pierman

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Domaine du Colombier :: Comté de Rouergue :: Espalion-
Sauter vers: